L'ostéopathie et la vessie hyperactive

July 18, 2017

 

L'ostéopathie et la vessie hyperactive

 

Le syndrome d'hyperactivité vésicale se caractérise par des symptômes d'urgence mictionnelle et/ou d'augmentation de la fréquence urinaire quotidienne (plus que 5 à 7 fois) et/ou d'augmentation de la fréquence nocturne (plus que 1 fois durant la nuit) et/ou de perte urinaire par impériosité. Les impériosités se caractérisent par le fait qu'une fuite survient par manque de temps pour se rendre à la toilette.

 

Les causes

Cette problématique provient de diverses causes. Elle peut survenir secondairement à une pression mécanique sur la vessie. À titre d’exemple, suite à un accouchement, les organes peuvent appuyer sur celle-ci ou encore des adhérences cicatricielles suite à une chirurgie abdominale peuvent la tracter. Les symptômes peuvent être attribuables à une irritation prolongée de la vessie suite à des cystites interstitielles ou infections urinaires à répétition provoquant une diminution de l'élasticité des tissus. Le débalancement pourrait être aussi la conséquence d’un désordre neurologique comme lors d’une blessure médullaire, la sclérose en plaques ou encore par une réponse inadéquate du système nerveux au local. Ces derniers pourraient être causés par une hypomobilité des vertèbres lombaires ou un débalancement du bassin suite à un traumatisme mineur comme une chute. Ce syndrome peut aussi parfois être d'origine psychologique.

 

Facteurs de risques

Malgré le manque de preuves scientifiquement élevées, il existe quelques facteurs de risques pouvant affecter la gravité des symptômes. Les diurétiques comme le café ou les boissons énergétiques, une hydratation quotidienne inadéquate (trop grande ou petite

Par Anaïs Séguin Ostéopathe (D.O.) clinique St-Joseph

quantité), la constipation, l'obésité et la cigarette sont tous des facteurs irritants pouvant contribuer à l’hyperactivité vésicale.

 

Les traitements

Actuellement, les traitements de première ligne offerts sont l'approche comportementale. Il s'agit d'enseigner et de conseiller la personne concernant ses habitudes mictionnelles, d'uriner selon un horaire, de contrôler l'urgence par des techniques générales de relaxation et d'entraîner le périnée par des exercices de renforcement des muscles du plancher pelvien. La médication de type antispasmodique est aussi largement répandue. Si ces méthodes échouent, on aura recours à d'autres sortes de thérapies telles que la neuromodulation sacrée ou la chirurgie.

 

L'ostéopathie

Le but des interventions en ostéopathie est de ramener une mobilité optimale de tous les éléments du corps ainsi qu’un bon apport vasculo-nerveux pour favoriser la fonction vésicale. Cela est fait en recherchant, par un examen minutieux, les causes des dysfonctions ostéopathiques. Des manoeuvres au niveau de la colonne vertébrale et du bassin, des organes et viscères et du système nerveux central et périphérique pourront être effectuées selon les priorités retrouvées. De plus, des problématiques crâniennes ou au niveau des membres inférieurs auront aussi la capacité d'influencer la problématique viscérale du bassin et donc de la vessie. 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

L'ostéopathie et la vessie hyperactive

July 18, 2017

1/2
Please reload

Posts Récents